Caucasian handsome man isolated on blue background covering eyes by hands

 Selon la définition de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), « est handicapée toute personne dont l’intégrité physique ou mentale est passagèrement ou définitivement diminuée, soit congénitalement, soit sous l’effet de l’âge ou d’un accident, en sorte que son autonomie, son aptitude à fréquenter l’école ou à occuper un emploi s’en trouvent compromises ».

Cependant, bien que certains types de handicaps soient assez reconnaissables aux premiers abords, d’autres ne le sont pas et sont qualifiés de « handicaps invisibles ». Ces derniers, comme tout handicap, se caractérisent par une limitation dans la durée des capacités interactives d’un individu. Seulement, dans ce cas-là, l’entourage n’assimile pas directement ces troubles à un handicap. Nous pouvons prendre pour exemple les plus connus, tels que le syndrome d’Asperger, l’épilepsie, la sclérose en plaque ou encore la dyslexie. Il existe d’autres types de handicaps invisibles dits « psychiques », comme par exemple la dépression ou la schizophrénie.

Contrairement aux handicaps « visibles », les handicaps invisibles sont souvent perçus comme un manque de volonté chez une personne dont les troubles seraient corrigeables et qui ne présente pas de signe de handicap. C’est la raison pour laquelle les personnes touchées par ce type de handicap sont souvent stigmatisées et moins reconnues. L’enjeu pour notre société est donc de trouver des méthodes d’adaptation afin de faciliter la vie des personnes qui en sont touchées mais aussi leur permettre de mieux s’intégrer au sein de la société. Cela passe par des méthodes de détection de ces handicaps mais aussi un travail d’auto-qualification, c’est-à-dire un travail de conquête de l’estime de soi. 

La vie professionnelle peut aussi être très compliquée pour ces personnes. En effet, il arrive souvent qu’elles cachent leur handicap par peur de se faire licencier. Elles peuvent cependant, réaliser une démarche de Reconnaissance de Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH) avec la Commission des droit et de l’autonomie des personnes handicapées afin d’adapter leur environnement professionnel et faciliter leur intégration dans le monde du travail. 

Il existe des moyens de compensation afin d’aider les personnes touchées par ces handicaps invisibles, en effet, la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) attribue la carte mobilité inclusion, des allocations pour adultes et enfants handicapés ainsi que la prestation de compensation de handicap (PCH), elle aide aussi à l’intégration scolaire avec des classes spécialisées et des auxiliaires de vie scolaire.